Se questionner et s’interroger sur ses pratiques et habitudes, une sensibilisation à l’économie de la fonctionnalité et de la coopération

ciridd

Avec l’arrivée des nouveaux séminaires, comme annoncé dans l’article précédent, il nous paraissait évident de vous les dévoiler davantage. Et qui de mieux que les intervenants eux-mêmes pour vous présenter ces séminaires ? Nous avons donc réalisé quelques interviews avec ceux-ci, que nous vous retranscrirons ici avec plaisir !

Le premier à passer au crible : Nicolas Frango, du CIRIDD, au sujet du nouveau séminaire 3 sur la découverte des modèles de valorisation centrés sur les usages et la coopération. Un échange fort intéressant, et qui vous ouvrira déjà certaines pistes de réflexion sur ces sujets…

 

  • Dans un premier temps Nicolas, pourriez-vous nous présenter le CIRIDD ?

Le CIRIDD est le Centre International de Ressources et d’Innovation pour le Développement Durable. C’est une association de 10 salariés, qui se qualifie comme un organisme d’intermédiation, reconnu d’intérêt général, et avec une activité qui tourne depuis 10 ans majoritairement autour de l’économie circulaire. Basé à Saint-Etienne et créé il y a 18 ans, nous agissons pour la promotion et le changement en faveur d’un développement soutenable, fondé sur la coopération au sein des organisations, des territoires et des filières. L’innovation et le droit à l’expérimentation sont des fers de lance du CIRIDD.

 

  • Et quelle est votre mission, plus particulièrement ?

Notre activité est scindée en deux pôles : le centre de ressources, et le pôle animation.

Le centre de ressources est constitué de plateformes collaboratives en ligne et qui sont régionales et où chacun peut s’inscrire. En AURA, c’est la plateforme eclaira. Un site plus général regroupe les différentes plateformes au national, economiecirculaire.org. Elles contiennent divers retours d’expérience autour de l’économie circulaire, et permettent aussi de publier des initiatives pouvant intéresser certains acteurs. En effet, ces plateformes sont constituées de membres issus d’entreprises, de collectivités, d’organisations à but non-lucratifs, et de GIE ou Clubs, et sont présentes au niveau régional, national, et international.

Le deuxième volet quant à lui concerne l’animation des communautés provenant notamment des plateformes collaboratives, l’organisation d’événements, ou encore l’appui à l’innovation à destination de territoires, filières ou d’acteurs plus spécifiques comme des entreprises dans des dispositifs collectifs.

 

  • Vous animez aujourd’hui le séminaire 3 « Découvrir les modèles de valorisation centrés sur les usages et la coopération », qui est un nouveau séminaire du programme Stratégie PME. Pouvez-vous nous en dire un peu plus ?

Le séminaire a pour but de faire un focus sur l’économie de la fonctionnalité et de la coopération, aussi dénommée économie servicielle ou encore économie d’usage.
De quoi s’agit-il ? L’économie servicielle a pour but de sortir de la logique de propriété et de volume, et d’aller vers de la mise à disposition. Par exemple, nous avons accompagné une entreprise qui concevait des lames pour les scieries. Ils étaient confrontés à un enjeu majeur : ils conçoivent et fabriquent les lames en France, ce qui entraîne un problème de compétitivité face à des fournisseurs qui peuvent vendre des lames fabriquées dans des pays à bas coûts de production. Pour pallier ce problème lié au modèle économique de l’entreprise, ils ont souhaité aller vers une économie servicielle, en proposant une solution globale de sciage. Cela correspondait à mettre à disposition les lames dont leurs clients ont besoin chaque année en étudiant précisément le besoin de chacun d’entre eux, tout en gardant la propriété de celles-ci, et en venant maintenir les lames en fin de vie pour les réintégrer par la suite dans leur circuit. Avec ce système, les lames durent dix fois plus longtemps qu’une lame classique. Il s’agit donc d’une réelle relation gagnant-gagnant : le fournisseur a intérêt à ce que les lames durent le plus longtemps possible, et le client a intérêt à voir le moins souvent son fournisseur pour affûter les lames. Plus de détails en vidéo ici

C’est de ces thèmes dont on parle lorsqu’on aborde les notions d’usages et de coopération. Toutefois, ces pratiques peuvent impliquer des mutations de métiers, de vente, d’habitudes, de façons de faire qui nécessitent donc une coopération également en interne, afin de pouvoir interroger ces aspects de la bonne manière.

 

  • Pourquoi ce séminaire ?

L’idée est de proposer de la prise de hauteur aux dirigeants, parce qu’il y a une dimension stratégique dans ce type de modèle économique. On déconstruit le modèle économique pour aller vers une approche d’économie servicielle. On essaie d’identifier les limites que les dirigeants peuvent rencontrer, les comprendre. Plusieurs raisons peuvent apparaître, comme notamment la course au volume, avec des entreprises qui doivent vendre toujours plus pour être rentables. On se pose aussi la question de la sortie, comment est-il possible de sortir de cette logique-là ? Pour résumer, on met des mots sur ces maux, et on leur pose les bonnes questions.

 

  • Comment le séminaire se déroule-t-il ?

Des témoignages de dirigeants sous forme de vidéos sont présentés pour introduire plusieurs messages, plusieurs limites et situations économiques. Nous venons ensuite décrypter ensemble si les participants sont confrontés à ces types de soucis, et pourquoi. Ensuite, nous regardons ce qu’est vraiment un modèle économique, et nous déconstruisons ensemble les façons de penser. Enfin, nous déterminons ce qu’est un service, nous nous mettons d’accord, et illustrons par des cas. C’est un réel atelier collaboratif et qui permet de retravailler ses façons de penser.

 

  • En quelques mots, quels conseils donneriez-vous aux PME sur ces sujets ?

Il faut comprendre et réinterroger pourquoi vous faites ce que vous faites, car on est souvent dans une habitude, on est conditionné comme cela, donc on n’interroge jamais ce qu’on fait.

 

Un séminaire à ne pas louper donc !

Facebook
Twitter
LinkedIn

Être rappelé(e)

En renseignant le formulaire suivant, un de nos consultants vous recontactera afin de discuter avec vous de votre problématique.