Alimentation intelligente : quelles nouveautés ?

Alimentation intelligente : quelles évolutions et quelles innovations?

L’alimentation ainsi que l’industrie agro-alimentaire évoluent constamment.

Une étude prospective du Ministère de l’Agriculture explique l’évolution de notre alimentation d’ici 2025. Les grandes tendances qui en ressortent montrent que les Français aspirent à une alimentation plus durable, plus saine, plus communautaire. Aussi ils désirent une consommation alimentaire « fait maison », plus authentique et nostalgique. L’autre tendance marquante tient à une consommation plus « digitale », à la recherche des aspects pratique et de temps.

En parallèle de cette consommation digitalisée, l’industrie de l’emballage voit également naître quelques transformations.

Au Canada, des recherches se poursuivent pour diminuer le contact des produits emballés avec l’oxygène et ainsi améliorer la durée des aliments. Outre cet aspect pratique, que diriez-vous d’emballages connectés pouvant donner de l’information? En effet, ces emballages dotés de puces pourront à l’avenir indiquer au consommateur le niveau de bactéries, de présence d’oxygène, CO2 etc, ou encore mesurer la température et détecter une chaîne de froid rompue. L’ajout de matériaux aux propriétés antibactériennes avec le polyéthylène pourrait par ailleurs éviter les intoxications alimentaires. Des défis à suivre…

A titre d’exemple, Tetrapak souhaite innover avec un concept d’emballage de boissons nomades. L’intérêt des clients de la marque s’illustre dans son dernier emballage avec bouchon DreamCap. Le concept : une fermeture scellable pour son aspect plus pratique. Pour acompagner ce succès, Tetrapak ambitionne un emballage connecté permettant de diffuser l’information aux clients mais aussi en recevoir de leur part. Le point intéressant pour le consommateur sera d’avoir une traçabilité entière du produit.

Autre évolution : un film d’emballage composé d’argile et d’huile essentielle antibactérienne pour garantir la fraîcheur des aliments. Ainsi, l’oxyègne n’entre pas dans le film et la fuite de vapeur d’eau ou de gaz est impossible. Prochaine étape : s’assurer de la non-toxicité du film!