Le transport maritime de demain

Transport maritime et nouvelles normes

La transition écologique du secteur maritime

Dans la continuité des objectifs de l’Accord de Paris, l’Organisation Maritime Internationale (OMI) a conclu un accord pour réduire les émissions de gaz à effet de serre du transport maritime. En effet, l’objectif est de taille : réduire de 40% les émissions de gaz à effet de serre des navires d’ici 2030. D’autant plus que d’ici une quinzaine d’années, tous les nouveaux navires devront être « zéro émission ou presque ». Certains navires ont d’ores et déjà mis le cap sur des solutions concrètes pour aller dans ce sens.

 

  • Race for Water

La fondation Race for Water s’engage dans la préservation de l’eau de la pollution plastique. Son rôle est d’identifier, promouvoir et mettre en œuvre des solutions pour valoriser les plastiques jetés. Par conséquent, elle s’est engagée jusqu’en 2021 dans l’odyssée d’un navire innovant à énergie renouvelable et à propulsion mixte solaire-hydrogène-kite. Celui-ci voyagera à travers le monde pour sensibiliser aux nouvelles solutions de transformation des déchets plastiques en ressources énergétiques. Lors des 35 étapes prévues, le but principal sera d’échanger sur la nécessité de préserver l’eau et de démontrer qu’il existe des modèles économiques insolites. Suivez cette belle aventure!

  • Energy Observer

Un autre exemple devient une référence dans le domaine : Energy Observer. Ce navire hydrogène est une première. Effectivement, le bateau fonctionne grâce à plusieurs énergies renouvelables et un système de production d’hydrogène décarbonée à partir de l’eau de mer. Sur le même principe que le navire Race for Water, son odyssée permettra de sensibiliser à la transition écologique dans 50 pays. A ce stade, le tour de France est réussi. Sa prochaine étape sera la Méditerranée.

  • Qu’en est-il de l’aviation?

En parallèle, le secteur de l’aviation prévoit aussi de belles avancées. En Norvège, la tendance nationale dresse un objectif ambitieux : électrifier tous les vols court-courrier d’ici 20 ans. Ainsi, autorités, compagnies aériennes, constructeurs aéronautiques et motoristes s’efforcent de diminuer la contribution du transport aérien au réchauffement climatique. Au niveau mondial, les engagements évoquent une réduction de 50% des émissions de CO2 d’ici 2050 par rapport au niveau de 2005. Informez-vous sur les entreprises qui bougent!